Les films en 3D existent depuis les années 50, mais ce n’est que depuis la dernière décennie qu’ils connaissent un réel engouement. Ce type de films est conçu de façon à imiter la vision humaine, pour faire ressortir une 3e dimension. On obtient alors un effet de profondeur, qui se rapproche de ce que nos yeux voient dans la vie de tous les jours.

Pour bien saisir le fonctionnement de la technologie 3D, il faut d’abord comprendre comment nos yeux arrivent à voir en trois dimensions. La vision en 3D est aussi appelée vision stéréoscopique. Afin de créer un effet de profondeur, chaque œil enregistre une image différente. Pour l’expérimenter, tenez un doigt devant votre visage, en fermant un œil. Ensuite, ouvrez l’autre œil, en fermant le premier simultanément. Vous constaterez que votre doigt a bougé, car l’œil droit enregistre une image qui n’a pas le même angle que l’œil gauche. Le cerveau s’occupe ensuite de combiner les deux images pour donner une impression de profondeur. C’est aussi de cette façon que nous sommes en mesure d’évaluer les distances. Ainsi, une personne qui ne voit que d’un œil ne peut percevoir la 3edimension, et ne pourra pas non plus bien voir un film en 3D. 

Pour produire un film en trois dimensions, il faut donner aux yeux deux images différentes, ce qui est possible grâce à des lunettes spéciales qui séparent les images de l’œil droit de celles de l’œil gauche. Lors du tournage, une caméra munie de deux lentilles est utilisée, afin d’enregistrer une image pour chaque œil. L’écart entre les deux lentilles est habituellement similaire à celui entre les deux yeux, pour reproduire la vision stéréoscopique. Deux caméras différentes peuvent aussi être utilisées. Ces méthodes permettent de capturer des images sous deux angles différents, tout comme nos yeux. Un important travail doit ensuite être effectué en postproduction pour donner l’effet de profondeur.

Si on regarde un film en 3D sans lunettes, les images seront superposées et floues. Pour les séparer, il faut regarder le film avec des lunettes 3D, qui permettent d’isoler les images de l’œil gauche et de l’œil droit. La technologie la plus utilisée actuellement au cinéma est le filtre de polarisation. Possédez-vous des lunettes solaires polarisées? Elles bloquent la lumière dans le sens horizontal, de façon à réduire l’éblouissement. Le même principe s’applique pour lunettes 3D. Un filtre sépare la lumière en ondes horizontales pour un œil, et en ondes verticales pour l’autre. Cela permet de séparer les deux images. La polarisation permet ainsi d’empêcher l’œil droit de voir l’image de gauche, et vice-versa. Ensuite, le cerveau assemble les images pour produire un effet de perspective.

Les lunettes 3D peuvent être contraignantes pour certaines personnes, en particulier pour celles qui portent des lunettes. Toutefois, il est impossible de voir un film en 3 dimensions sans en porter. Pour le moment, les technologies actuelles ne nous permettent pas de regarder un film en 3D au cinéma sans lunettes. Qui sait? Peut-être qu’un jour nous pourrons voir un film en 3 dimensions sans en porter!